Les fibres textiles : le lin

14 décembre 2014 Publié par Emilie
6 commentaires

lin: culture et production

Les plus anciennes traces de lin datent de la période où l’Homme est passé d’un mode de vie nomade fait de chasse et de cueillette à un mode de vie sédentaire basé sur l’agriculture et l’élevage. Utilisé au Moyen Orient durant l’Antiquité – les bandelettes des momies égyptiennes étaient en lin – le lin a été introduit en Europe il y a environ 2000 ans.

Jusqu’au 18ème siècle, les techniques de culture, de filage et de tissage du lin ont peu évolué, mais sa consommation n’a cessé de se développer. A cette époque et jusqu’à la révolution industrielle, près de 300 000 hectares étaient consacrés à sa culture.
C’est alors que l’utilisation du coton dans l’industrie textile a pris l’importance que l’on connait. Le lin a tout de même bénéficié des avancées de ce temps, et notamment de l’invention de diverses machines à peigner et tisser les fibres issues de sa culture.

La production de lin aujourd’hui

Le lin représente 1,4% de la production mondiale de fibres textiles. L’Europe en est le premier producteur mondial avec quelques 110 000 hectares cultivés principalement en France, essentiellement en Flandre française, en Picardie, en Normandie, en Bretagne et dans le Pas-de-Calais. Les autres cultures européennes du lin se trouvent majoritairement en Europe de l’Est, bien qu’il existe toujours une production de grande qualité aux Pays-Bas, en Belgique ainsi qu’en Irlande et en Italie.

Les étoffes de lin s’obtiennent par rouissage, c’est-à-dire macération à même le sol, sous l’action des intempéries, des tiges de la plante dont sont ensuite extraites les fibres. Ces fibres sont alors broyées et raclées pour en retirer la partie ligneuse (teillage), puis peignées afin d’être filées et enfin tissées pour constituer une toile qui servira à la fabrication du vêtement.

Les propriétés du lin

L’époque du lin rigide et rugueux est révolue. Les progrès technologiques permettent en effet de produire aujourd’hui des tissus très agréables à porter, tout à fait adaptés à l’habillement de qualité. Le lin est en outre une étoffe anallergique et isolante, jouant le rôle de régulateur thermique (isolant l’hiver, respirant l’été). Mélangé à d’autres fibres, il permet enfin d’obtenir des textures variées telles que le stretch avec de l’élasthanne, le « lin dévoré » plus transparent avec de la viscose et du polyester, ou encore la « maille de lin » avec de la laine ou du coton notamment.

fleur de lin

Les enjeux sociaux et environnementaux du lin

Le lin est une fibre textile naturelle d’origine végétale issue d’une culture nécessitant peu d’engrais et de pesticides et ayant la capacité d’améliorer la qualité du sol pour les cultures suivantes. Ainsi, un cycle de production ne dure qu’un an environ et se renouvèle sur une même parcelle tous les 6 ou 7 ans ; dans l’intervalle, d’autres production bénéficieront alors de ses bienfaits pour les sols.

La production du lin a en outre un taux de rendement élevé au mètre carré, très supérieur à celui du coton par exemple, pour une consommation d’eau pourtant bien moins importante. Enfin, le lin pousse bien mieux sous nos latitudes tempérées, de sorte qu’y a pas d’intérêt à exporter sa production à l’autre bout du monde et à importer ensuite la matière première, avec tous les désagréments du transport pour l’environnement.

Autre avantage : en véritable puits de carbone, un hectare de lin retient chaque année 3,7 tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions de trois voyages en avion de Paris à Moscou.

 

Finalement, la fibre de lin est par nature une fibre écologique. Pour autant, cela ne doit pas nous empêcher de privilégier une production issue de l’agriculture biologique, suivant des procédés respectueux de l’environnement. Aujourd’hui, près de 200 hectares de lin sont ainsi cultivés en France en agriculture biologique. Différents labels permettent d’ailleurs de garantir la traçabilité des fibres issues de cette liniculture biologique, et ce jusqu’à leur destination finale.

Logo Juste

L’avis de Myriam Underwood, fondatrice de Juste, la révolution textile:
« Le lin est la fibre parfaite : en plus d’être intrinsèquement écologique, local et entièrement utilisable, il n’y a pas mieux pour la peau ! Thermorégulateur et vivant, il n’emprisonne pas la transpiration dans ses fibres, garantissant une grande sensation de bien-être. Il est également hypoallergénique et antibactérien, des propriétés inhérentes à la fibre même, donc encore plus recommandé pour les personnes ayant une peau fragile et sensible. »

Cet article vous a plu ?
Epinglez-le sur Pinterest :

utilisation et enjeux de la production de lin dans l'habillement

Logo - Dressing Responsable

6 commentaires

  • Ah le lin…je cherchais dernièrement du linge de lin en lin lavé, j’ai trouvé (mais acheté..) des choses magnifiques, c’est vraiment une belle matière.

  • Lune bleue says:

    Je suis bien d’accord avec tout cela et c’est clair et bien présenté, avec une belle photo, ce qui ne nuit pas 😉 mais, mais, mais… cela ne me dit pas où je peux trouver/acheter du lin au mètre de qualité textile pour l’habillement (faire certains, ou la majorité de ses vêtements résout bien des choses, pas tout loin de là, mais trouver des matières premières de qualité et correspondant à certains critères : traçabilité, conditions de production… est une gageure presque impossible).

    • Emilie says:

      Le lin étant encore une matière assez rarement utilisée, on ne trouve pas tous les produits en lin que l’on recherche. Mais ton interrogation fait partie des sujets qui seront traités sur Dressing Responsable dès que j’aurai trouver une réponse pertinente.

  • Pauline says:

    c’est une de mes matières préférées en été.
    Je savais que le lin était moins désastreux que le coton sur le plan écologique mais je n’imaginais pas à ce point là !! Et je ne savais pas non plus que la plupart des cultures étaient en Europe…

    J’ai par contre encore un peu de mal à me faire au lin d’hiver, ce qui n’est qu’une question d’habitude !
    J’en ai acheté chez Ekyog il y a 3-4 ans et j’ai été très déçue. Depuis, ils ont bien retravaillé la matière et il a l’air de bien se tenir.

Laisser un commentaire