C’est quoi l’éthique pour vous ?

10 mai 2016 Publié par Emilie
8 commentaires

Dressing Responsable - Définition de l'éthique et de la mode éthique

Sélection de sacs à main éthiques et écoresponsables pour le blog PinUp Bio

Suite à ma sélection de sacs à main écoresponsables pour Pin-Up Bio, un débat a été lancé par les lectrices du blog dans les commentaires sous l’article, certaines pensant qu’éthique rime forcément avec végane (ou zéro produit issu des animaux), d’autres pensant qu’on ne peut pas être écoresponsable en achetant des produits fabriqués à l’autre bout du monde, quelques soient les conditions de fabrication… Même si ces questions ont partiellement leur réponse dans la page à propos du site, je me suis dit que c’était l’occasion de faire le point sur le blog.

Un produit éthique doit-il forcément être végane ?

Vegan mode végane cruelty free éthique

Nous avons déjà eu l’occasion d’aborder la question de la mode végane sur le blog. C’est un fait, l’exploitation animale cause de graves problèmes environnementaux, les fermes éthiques et bio sont rares et même dans ces cas-là, des questions éthiques peuvent être soulevée à juste titre. Pourtant, doit-on boycotter tout produit animal, arrêter de faire des vêtements et accessoires en cuir alors que la majorité des habitants de la terre mangent la viande de ces animaux (je ne parle pas bien sur des animaux tués uniquement pour leurs peaux et même pas consommés, une aberration, et pas qu’en terme d’éthique) ? Le coton non bio et le polyester, les alternatives principales en matière d’habillement, sont-ils plus éthiques que le cuir ? S’ils le sont pour les animaux (ce qui se discute, demandez aux ânes ou aux bœufs maigres et maltraités qui travaillent dans les champs sous un soleil de plomb un nombre d’heures qui dépasse de loin les 35 heures), ils ne le sont pas pour les humains.

Donc un grand oui à la réduction drastique de la consommation de produits issus des animaux (viande, cuir…) mais doit-on complètement les supprimer de notre alimentation comme de notre garde-robe ? Avoir un ou deux beaux sacs en cuir que l’on va garder des dizaines d’années est-il si monstrueux que cela ? Je ne crois pas : l’homme est un omnivore, et doit simplement apprendre à se raisonner. Ce qui est déplorable, ce sont les conditions probables dans lesquelles ils ont été fabriqués et malheureusement aujourd’hui il n’existe pas de label de traçabilité qui nous garantirait que le cuir provient bien d’un animal qui a vécu une vie agréable et que sa viande a bien été consommée mais nous reparlerons de cette problématique toute à l’heure.

Un produit écoresponsable doit-il forcément être fabriqué près de chez nous ?

MIF Made in France fabriqué en France

Les bienfaits de la production locale sont de la même manière incontestables : réduction importante de l’impact environnemental, dynamisation des éco-systèmes locaux… Favoriser le made in France a de nombreux avantages sur la planète et sur les hommes. Et si une fabrication française ne garantie pas un produit bio, végane, naturel… Les normes européennes sont telles que, de fait, un produit européen est bien plus écoresponsable que ceux de nombre d’autres pays.

Pourtant, devrions-nous d’un seul coup abandonner la production dans des pays dont l’économie repose presque exclusivement sur l’industrie textile, aussi nocive soit-elle ? Doit-on se priver de certains savoir-faire artisanaux, de certaines matières premières parce qu’on en trouve pas près de chez nous ? Et par quoi remplacerions-nous les vêtements en coton et polyester (ce qui représente plus de 90% des vêtements que nous portons), dont la matière première n’existe pas en France, et très peu en Europe ? Et du coup, devrions-nous arrêter d’exporter nos créations en Asie, en Amérique ou au Moyen-Orient ? Pas sur que beaucoup de marques « made in France » y résistent.

Bien sur, je vous encourage à privilégier les vêtements fabriqués en France et dans les pays limitrophes, mais entre un Tshirt en coton traditionnel fabriqué en France (le coton ne l’étant bien sûr pas) et un Tshirt en coton bio et éthique fabriqué sur place, il n’est pas simple de faire un choix et de savoir lequel a le moins d’impact.

Et si on parlait de transparence ?

Bien que je sois tout à fait d’accord avec les arguments avancés dans les deux paragraphes précédents, je ne suis pas pour le 100% vegan ou le 100% made in France. Je les encourage et connais leurs bienfaits pour la planète, les hommes et les animaux. Mais ils ne sont pas pour moi le point central de la réflexion.

Acheter de façon responsable, c’est tout d’abord un besoin d’information et de transparence. Pouvoir connaître l’origine des produits que l’on achète, savoir qui a participé à sa fabrication et dans quelles conditions devrait être un droit essentiel et mettre de coté les entreprises opaques est l’une des armes du consommateur responsable. Car ne l’oubliez pas, dans un monde dominé par l’argent, un achat est un vote. Malheureusement, c’est loin d’être la norme dans l’habillement, les entreprises totalement transparentes étant très rares. Et quand le Sénat vote contre la loi de devoir de vigilance, on se dit que ça ne changera pas de sitôt. Pourtant, je pense qu’être transparent devrait être le premier acte écoresponsable des marques de vêtements et accessoires (des autres aussi, mais là n’est pas le sujet). Les mentions « vegan », « made in France » ou n’importe quelle autre ne doivent pas nous dédouaner de toute recherche et de réflexion.

La transparence nous permettrait à tous d’acheter en notre âme et conscience. Et chacun doit être libre de ses valeurs et de ses convictions. Quand certains privilégieront le made in France, d’autres choisiront des produits véganes. L’un est l’autre ont de gros avantages en terme d’écoresponsabilité, aucun n’est irréprochable. Le cuir végane, c’est du pétrole et il existe en France des ateliers clandestins. Ce qui n’en fait pas du tout une généralité, ce qui ne veut absolument pas dire qu’il ne faut pas encourager ces initiatives ou tomber dans la paranoïa et ne rien changer à ses habitudes sous prétexte que de toute façon rien n’est parfait. En effet, le vêtement complètement écoresponsable et fabriqué localement est une espèce en voie de disparition. Si tant est que cela puisse vraiment exister : il est important d’accepter qu’en produisant, on a forcément un impact sur notre environnement. Consommer de façon écoresponsable, c’est donc limiter son impact, d’ailleurs pour moi, c’est cela une marque responsable : une marque qui cherche à réduire son impact environnemental et social. Et il existe de nombreuses façons de le faire : consommer végane, acheter made in France mais aussi choisir des vêtements fabriqués dans des conditions éthiques, privilégier les matières premières naturelles ou biologiques, recycler… Et encore une fois, chacun doit être libre de choisir ce qui est important pour lui. Pour cela, un seul prérequis : la transparence.

Transparence

Et si tout ça n’avait pas vraiment d’importance ?

Bien sur, je n’y crois pas une seule seconde, sinon, je ne me serais pas lancée dans l’aventure Dressing Responsable. Mais je pense aussi que la question de l’éthique de fabrication d’un vêtement est loin d’être la seule question d’importance. En effet, des études montrent que 80% de l’impact écologique des vêtements vient de nous, consommateurs. Cet impact provient du nombre de vêtements que nous achetons (et du nombre de ceux dormant dans nos placards), de la façon dont on les lave, du fait de les réparer ou non quand ils pourraient l’être, de la façon dont on s’en sépare. Vous craquez sur un vêtement qui n’est pas écoresponsable ? Vous avez le pouvoir de changer cela : assurez-vous qu’il vous va parfaitement, que, comme Emma Watson, vous le porterez au moins 30 fois, entretenez-le correctement et quand il aura fait son petit bout de chemin avec vous, cherchez la meilleure façon de le transformer ou de vous en séparer. Ca ne changera rien à la façon dont il a été produit, mais votre dressing sera plus responsable !

Pour conclure, j’aimerais tout simplement vous dire ceci : s’habiller, c’est une obligation, mais c’est aussi un plaisir. Se sentir bien dans des vêtements qui nous vont et qui nous plaisent, se faire belle pour les êtres aimés et pour soi-même et décortiquer les dernières tendances font partie des petites plaisirs de la vie des femmes d’aujourd’hui (sans en faire une généralité bien sûr). L’important est de réfléchir à votre consommation, de vous renseigner mais sans vous culpabiliser au moindre achat. Tout simplement, consommer de façon raisonnable, dans tous les sens du terme.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Un produit éthique est-il forcément végane, made in France ou bio pour vous ? n’hésitez pas à laisser votre opinion en commentaire !

Logo - Dressing Responsable

8 commentaires

  • Cindy says:

    Bravo pour cet article qui explique très bien que la mode éthique est un terme large et qu’il y a plusieurs manières de consommer éthique. Je suis tout a fait d’accord avec toi que la transparence devrait être le premier critère d’éco-responsabilité des marques et qu’il faut conitnuer à faire bouger les choses dans ce sens.
    Je crois que tu as très bien résumé : consommer éthique c’est consommer « raissonable » dans tous les sens du terme ! 🙂

  • ApollineR says:

    C’est très bien dit. C’est ce que j’essayais d’exprimer chez pinup bio mais en plus clair 🙂

  • Virginie says:

    Bravo Emilie pour cet article qui exprime la possibilité d’acheter responsable à plusieurs échelles, en fonction de nos sensibilités qui nous sont propres.

  • Orhiane says:

    Bravo pour cet article !

    J’ai longtemps été tentée de privilégier le made in france, mais après réflexion, je me suis dit « le 100% made in france, c’est donner une justification à ceux qui exploitent les ouvriers dans les pays en développement : ‘nous seuls participons au développement de ces pays' ». Les pauvres, il faudrait les remercier 🙂

    Ainsi, je suis beaucoup plus tentée de soutenir (en tant que consommatrice mais aussi dans mon travail – j’aimerais travailler dans la mode responsable-) les entreprises qui aident les pays en développement à se développer tout en ayant un impact social et environnemental acceptable, voire positif, pour ne laisser aux mauvais élèves aucune excuse.
    Bravo pour votre initiative !

    • Emilie says:

      Merci beaucoup pour votre commentaire Orhiane et bravo pour votre réflexion. J’espère que vous trouverez des opportunités dans la mode responsable, n’hésitez pas à nous contacter quand des opportunités se présenteront.

  • Lucile says:

    Super ton article.

    Effectivement la notion « éthique » est large et englobe différentes valeurs.
    Je suis moi aussi, toujours plus exigeante envers ma manière de consommer. J’ai d’ailleurs créé une boutique en ligne qui propose des articles de qualités, éthiques, en fibres naturelles et surtout garantis à vie. Si cela t’intéresse je te met le liens : http://positivessence.fr/boutique-minimaliste/
    Au plaisir de te lire.
    Lucile

Laisser un commentaire